Les possibles – Virginie Grimaldi

Juliane n’aime pas les surprises. Quand son père fantasque vient s’installer chez elle, à la suite de l’incendie de sa maison, son quotidien parfaitement huilé  connaît quelques turbulences.
Jean dépense sa retraite au téléachat, écoute du hard rock à fond, tapisse les murs de posters d’Indiens, égare ses affaires, cherche son chemin.
Juliane veut croire que l’originalité de son père s’est épanouie avec l’âge, mais elle doit se rendre à l’évidence  : il déraille.
Face aux lendemains qui s’évaporent, elle va apprendre à découvrir l’homme sous le costume de père, ses valeurs, ses failles, et surtout ses rêves.
Tant que la partie n’est pas finie, il est encore l’heure de tous les possibles.

Quand un nouveau Grimaldi sort, je suis toujours en attente de pouvoir le lire. J’attend et j’ai peur d’être déçue. J’ai toujours tellement d’appréhension. Ses livres me font toujours, l’effet d’un petit livre doudou, plein de joie, de tristesse, de tendresse, de nostalgie. Je fais toujours le plein d’émotions et j’ai toujours peur de ne pas avoir ce que je recherche dedans. Et à chaque fois, elle me surprends et arrive à me faire passer par une palette d’émotions tout le long de ma lecture.

Cette fois, on se joint à la famille de Juliane, une mère de famille, qui du jour au lendemain se retrouve à devoir accueillir son père car sa maison à brûler. Ce n’est évidemment pas sans accro, la cohabitation n’est pas toujours facile, mais comment ne pas s’attendrir devant ce père et grand-père un peu loufoque ! Un homme un peu marginal, et à qui cela convient très bien.

Au fur et à mesure, Juliane se rend compte que son père « perds la boule », des petits oublies, des petites phrases, des répétitions, mettent la puce à l’oreille de Juliane qui va finalement l’amener chez le docteur. Le verdict tombe, une maladie dégénérative. Mais Juliane va se battre, avec Adèle (sa petite soeur), avec Jean, avec sa famille, pour continuer à faire vivre se papa loufoque, et se faire des souvenirs.

Je me suis retrouvée émue, triste et heureuse pour eux. Jean nous montre à quel point on devrait s’en foutre du regard des autres. Charlie nous apprend aussi qu’être « normal » ne devrait pas être obligatoire. Mais surtout Juliane nous apprend la résilience et la tendresse dans les gestes du quotidien.

Toujours en maniant les émotions et beaucoup beaucoup d’humour, on ne reste pas insensible à cette belle histoire de famille et vie. 

Lecture pour le Pumpkin Autumn Challenge 2021 – Menu Automne Douceur de vivre, catégorie « Il suffit de se souvenir de rallumer la lumière


378 pages
Éditeur : Fayard
Prix : 19,50€


3 réflexions sur “Les possibles – Virginie Grimaldi

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s